Foire aux questions

Les réponses aux questions les plus fréquemment posées par les citoyens : quelles sont les économies effectuées ? Est il possible d'éclairer un lampadaire sur deux ? Rappel de la démarche et les objectifs.

Dans un contexte de sobriété budgétaire, les objectifs sont la réduction :

- de la consommation d'énergie
- de la dépense publique
- des émissions de CO2
- de la pollution lumineuse

A Kingersheim, un Conseil Citoyen s'est constitué suite à la première phase de test qui a duré 15 jours, en novembre 2016.

Ce Conseil Citoyen, chargé de suivre la démarche, est composé de 13 habitant-e-s volontaires. C'est lui qui a proposé aux services de la Ville, à l'élu référent et au maire de prolonger l’expérimentation pendant un an, à partir du 20 mars 2017. Il a pour rôle de suivre les contributions des habitants, de travailler avec les services techniques aux solutions adaptées à la ville. A la fin de l'expérience, il proposera une consultation aux habitants de Kingersheim. Le résultat de cette consultation sera soumis à la municipalité assorti de propositions pour inscrire, le cas échéant l'extinction de façon durable, ou agir différemment.

Non. Les grands axes prioritaires qui structurent la ville resteront allumés. (plan des zones éclairées)

Depuis 2006, la Ville réalise des actions sur le parc d'éclairage public dans l'objectif de réduire la part de la consommation d'énergie en :

- Supprimant les éclairages au mercure énergivores
- Supprimant les luminaires "boules" qui créent de la pollution lumineuse en les remplaçant par des luminaires performants qui éclairent uniquement la chaussée.
- Posant des appareillages électroniques permettant de limiter la consommation d’énergie (environ 25 % de moins par rapport aux appareillages classiques) et de pérenniser les ampoules  
- Réduisant la puissance des luminaires quand c'est possible
- Installant 52 horloges astronomiques pour programmer au plus juste l'allumage et l'extinction des luminaires

Ces actions nous ont permis de réaliser un gain énergétique de 352 205 kWh, de réduire nos émissions de CO2 de 40T et d'économiser 42 969 € en 10 ans (pour voir le graphique, cliquez ici).

Le parc d'éclairage public de Kingersheim en quelques chiffres :

- 1900 lampes
- 50 kms de voies éclairées
- 120 Tonnes de CO2 émis
- Coût par an : 145 000 €
-1 000 000 kWh / an = 220 foyers

En 10 ans, le tarif de l'EDF a augmenté de plus de 80% (pour voir le graphique, cliquez ici)

Ce mode de fonctionnement, qui a été testé par le passé, a été arrêté il y a plus de 15 ans. La gestion devenait compliquée et entravait la qualité des interventions en cas de panne sur le(s) réseau(x). En effet, le câblage souterrain peut, en vieillissant, ne plus permettre de répartir ces allumages par moitié, certains tronçons pourvant devenir défectueux dans le temps.

Il est possible de le faire lorsque le matériel est construit pour cela. C'est déjà la cas pour la plupart des luminaires publics. La Ville optimise l'énergie lumineuse depuis quelques années soit en la réduisant à la source (changement par une lampe moins puissante) soit en la programmant depuis l'armoire centrale (pose d'un variateur de tension). Toutefois, ces dispositifs ne sont pas suffisants pour atteindre l'objectif d'efficience écologique du Grenelle de l'environnement (Baisse de consommation qui doit atteindre un facteur 4, c'est-à-dire diviser par 4 cette consommation).

Les études du ministère de l'intérieur mettent en évidence qu'il n'y a aucune corrélation entre l'extinction de l'éclairage public et les actes de délinquance ou d'incivilité. Elles montrent que pour 80 % des cas, les effractions et tentatives de vol des biens d’autrui se déroulent en pleine journée. De plus, dans les communes qui pratiquent l'extinction, il est observé une baisse des actes de vandalismes.

Il s’agit là d’un objectif de la mairie mais sur le long terme en raison du coût important que cela implique, de l’ordre du million d’euros, si les 1900 points lumineux devaient être remplacés. Cette mutation a déjà commencé et sera poursuivie progressivement, en priorité sur les grands axes, non concernés par l'extinction nocturne.

Certains quartiers résidentiels (concernés par une extinction partielle), seront également passés en « led », au fur et à mesure des programmes de rénovation (ex : rue de la Doller en 2017 avec 19 points lumineux remplacés)

En France, 6000 communes se sont engagées dans ce type de démarche visant à l'extinction partielle ou totale de leur parc d'éclairage. En Alsace, 150 communes sont concernées dont 10 situées dans l'agglomération comme Sternenberg, Munster, Labaroche, Lapoutroie, Kaysersberg, Roggenhouse, Holtzwhir, Rombach-le-Franc.

Pour plus d'informations :

- Site internet Nuit France  www.nuitfrance.fr

Les membres du conseil citoyens sont joignables par mail :
Tous les mois, nous analyserons les différents témoignages, contributions et essayerons de répondre le mieux possible à vos questions. Les témoignages seront visibles et téléchargeables au sein de la rubrique "Nos citoyens ont contribué ".

A retenir :

4 dates pour nous rencontrer à la Maison de la Citoyenneté (18, rue Ruelisheim)

- le 7 juin 2017 - 19h
- le 13 septembre 2017 - 19h
- le 13 décembre2017 - 19h
- le 8 mars 2018 - 19h